Mon témoignage : l’adoption en refuge

Sans titre 1

♦ « Qui est Had’j ? Quelle est son histoire ? » ♦

Had’j (ou D’joo pour les intimes) est un berger hollandais de 4 ans. Il vient du refuge de Thiernay (pour les Nivernais qui connaissent ). Il a été retrouvé dans un fossé avec une partie de sa fratrie, ils avaient alors à peine 1 mois. Ils sont restés un mois de plus au refuge puis proposés à l’adoption à l’âge légal de 2 mois.

Had’j est un grand sensible, j’aime bien le comparer à un labyrinthe (tellement j’ai peiné à trouvé la bonne voie parfois), il a sa petite bulle de sécurité (que j’ai réussi à comprendre, visualiser et agrandir de jour en jour). Sa race et son histoire ont fait de lui un chiot pas très ouvert, plutôt exclusif, voir même sur ses gardes au premier abord. Il avait cet énorme manque de confiance en lui (notre 1er point commun), très observateur avec tout ce qui l’entourait, petit à petit il a su devenir acteur !

Une fois que vous rentrez dans son cœur, vous n’en sortirez jamais, c’est un vrai et grand fidèle, il ne vous oubliera jamais si vous réussissez à gagner sa confiance !

C’est un VRAI berger c’est-à-dire qu’il fait toujours passer mes envies avant les siennes, il attend et guette nos faits et gestes, il retient très bien les choses et être félicité le rassure, cela lui permet de trouver la bonne voie et de moins se stresser et douter.

Il aime protéger et se sentir protégé, la maison est bien gardée et ses habitants aussi (un peu trop d’ailleurs), c’est un vrai gardien instinctivement, on ne le refera pas.

FullSizeRender

Il a une petite bosse sur la tête (un os plus prononcé que la normale), de sorte que quand il est très très très content ou qu’il a très très très peur et qu’il a ses oreilles en chiffon il a cette tête là :

♥ IL A 2 GRANDS COPAINS !

Jasper : son frère de cœur, celui avec qui tout à commencé, ils se connaissent depuis qu’ils sont bébés et seraient nés à quelques jours d’écart; des milliers d’heures de jeu à leur actif, des centaines de léchouilles échangées et une passion commune pour « LA BALLE » !

Snow : son meilleur ami, connu plus tard mais une amitié inconditionnelle et sans faille; de vrais grands amis qui s’adorent, ils pourraient rester des heures ensemble sans jamais s’ennuyer !

 

Il a une grande famille ♥

Il n’a jamais vécu seul, la maison n’est jamais vide ! Il a vécu avec un lapin, un cochon-d’inde, des chats et des chiens. Il pourrait difficilement vivre comme seul animal de la maison je pense !

 « Qu’elle est votre histoire ? Qui a adopté qui ? Pourquoi avoir voulu adopter ? Pourquoi lui ? ♣

Je cherchais mon 1er chien depuis quelques mois déjà, et après une très mauvaise adoption qui n’a pas était concluante, je suis tombée sur l’annonce du refuge concernant la portée d’Had’j :

ok1

Nous nous sommes rendues au refuge avec ma mère par simple curiosité, sans vraiment avoir une idée précise en tête. Nous sommes rentrés dans l’enclos des petites terreurs et il ne restait que 2 mâles (ayant déjà 2 chiennes à la maison, ma mère préférait un mâle). Au pif j’ai demandé au soigneur de faire connaissance avec un des mâles dans l’enclos de détente. Il était inapprochable et se cachait entre les jambes de son soigneur… Beaucoup d’émotions pour une si petite chose et après toutes les péripéties qu’il a vécu.

Ni une ni deux : « On le prend ! », les papiers sont faits, la petite bête revêtue de son harnais XS, quelques photos et nous voilà partis !

Les mois qui ont suivi étaient simples, doux et attendrissants; sans grandes difficultés Had’j a été propre, peu destructeur, il s’est vite fait à notre quotidien et à nos absences. Aucun problème non plus pour s’acclimater à la vie en ville, à nos autres animaux et notre entourage. 

Il grandissait comme un charme et suivait son cours au club canin tous les dimanches matins. Il s’y est fait des copains (à 4 pattes comme à 2 pattes !), pleins de découvertes et d’expériences différentes. 

Là-bas c’est surtout MOI qui y ai découvert : l’éducation canine ! Et ce fut petit à petit une révélation, on m’avait fait confiance pour gérer les cours, on m’a laissé tenter, innover, tester mais aussi échouer pour mieux progresser et savoir vers quelle voie je souhaitais me tourner !

« MAIS mon plus grand maître d’école reste Had’j….. c’est celui avec et grâce à qui tout à commencé… « 

Il m’a poussé de nombreuses fois dans mes retranchements, m’a fait culpabiliser, m’a fait angoisser, m’a fait me remettre en question encore et encore… J’en ai pleuré de nombreuses fois, de rage, d’incompréhension, de chagrin… J’ai longtemps pensé que je n’étais pas celle qu’il lui fallait, que je ne le méritais pas, que je ne le rendrais jamais épanouit. 

Même si aujourd’hui j’ai encore ces moments de doute, que je me dis quotidiennement que je pourrais faire plus pour lui, je sais qu’un jour je lui offrirai la vie qu’il mérite, je sais qu’un jour nous serons tous les deux heureux ! 

Nous avons su trouver la paix ensemble à partir du moment où j’ai lâché prise, j’ai arrêté d’en vouloir trop, de lui en demander trop. J’ai su l’accepter tel qu’il est car c’est ce qu’il a fait avec moi dès les premières secondes où on s’est connu. 

J’ai arrêté de vouloir en faire un chien parfait, d’avoir des demandes irrationnelles et irréalisables pour lui. J’ai commencé à l’aider au mieux, à lui faire confiance, à lui laisser du mou pour faire ses propres expériences, mais lui apprendre à me faire confiance quand il n’arrivait pas à les gérer. 

J’ai arrêté de vouloir en faire le chien le plus sociable du monde, que je puisse l’emmener partout sans problème et qu’il m’écoute au doigt et à l’œil, car c’était mon envie et pas la sienne.. 

D’un commun accord nous essayons de trouver un juste milieu, je ne le mets plus en difficulté dans des situations où il se déclencherait de suite, je ne suis plus aussi stricte et lui apporte des moments qu’il adore (retrouver ses copains, aller à la plage, jouer au loup avec nous, faire du recherche grignotes dans le jardin, se baigner dans le bassin, jouer au boudin….). En contrepartie on travaille son excitation et sa gestion des émotions, ce qui lui demande beaucoup d’efforts et de concentration mais il le fait, pour moi (et inconsciemment pour lui et son équilibre).

Et depuis tout va mieux, depuis que je cherche plus la perfection alors je le vois lui, tel qu’il est : je le vois si beau avec ses petites zébrures irrégulières, ses petites oreilles en chiffon toutes douces, son petit bruit de claquette quand il marche sur le carrelage, ses aboiements de louveteau quand quelqu’un qu’il adore arrive, sa passion pour l’eau quand il revient trempé dans le salon, ses beaux et grands yeux couleur de feu (dans lesquels je lis une reconnaissance et un amour immense, que je ne saurais lui rendre un jour), sa petite danse de la joie avec sa queue qui fait l’hélicoptère quand je rentre à la maison et cette joie, cette immense joie de vivre et d’être là avec moi, tous les jours… 

Sans titre 1 

Es-tu satisfaite du résultat ? Recommencerais-tu ? 

Non je ne recommencerais pas de si tôt avec un chien comme lui, avec les mêmes troubles du comportement et le même tempérament. Avoir un chien réactif aux humains, très exclusif et protecteur cela demande une surveillance PER-MA-NENTE, je ne pourrais jamais vraiment lui faire entièrement confiance avec des inconnus (des enfants encore moins), même si il a quand-même beaucoup progressé (notamment avec les invités) je dois toujours garder en tête sa zone de confort et son langage corporel pour éviter tout incident…. C’est vraiment une pression et une angoisse quand on est dans sa zone rouge. Je ne suis pas prête à revivre ça, c’est trop d’émotions ! Plus tard peut-être.

Bien-sûr que je regrette énormément de choses, s’il fallait recommencer avec Had’j aujourd’hui tout serait différent, sauf que sans lui je n’aurais jamais pu en connaître autant sur le comportement canin, je n’aurais pas fait de formation à ce sujet et je n’aurais pas tous ces projets fabuleux en tête actuellement ! C’est la source de mon métier.

Je ne regrette pas cette adoption, c’est la plus belle expérience de ma vie, c’est grâce à ça que j’ai trouvé un métier qui me passionne et dans lequel je m’épanouie. C’est Had’j qui m’a permis de faire un énorme travail sur moi, nous nous sommes rencontrés alors que nos vies tanguaient, dans le doute nous étions tous les deux perdus. C’est comme si nos chemins de vie étaient reliés, que ça devait se passer comme ça pour qu’aujourd’hui nous en arrivions là.

Un peu comme une fermeture éclair qui se divise en deux parties dentelées et une fois fermée c’est une belle ligne droite lisse.

1 réflexion au sujet de “Mon témoignage : l’adoption en refuge”

  1. Bonsoir, j’espère que vous allez bien J »aurais besoin de vous parler. Quand est ce possible pour vous ? Merci par avance. Amelia Tarzi, Refuge de Thiernay

    J'aime

Répondre à Amelia Tarzi Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s